A- A+ A
Améliorer l'habitat
Habitat indigne
Précarité énergétique
Accédants à la propriété
Accomp. social lié au logt
Développer l'offre de logts
 
 

L'habitat indigne

Pour plus de renseignements, merci de contacter :

  Michel NERY - Directeur au 01.39.07.82.52.

 contact@soliha78.fr   


agir_contre_l_habitat_indigne_urpact_idf_1ere_page.png
 
 
 
 
 
 
 
 
La notion d'habitat indigne est un concept politique et non juridique. Elle recouvre l'ensemble des situations d'habitat qui sont un déni au droit au logement et portent atteinte à la dignité humaine ; et dont la suppression ou la réhabilitation relève des pouvoirs de police administrative exercés par les maires et les préfets.


Elle englobe :
  • les logements, immeubles et locaux insalubres,
  • les locaux où le plomb est accessible (saturnisme infantile),
  • les immeubles menaçant ruine,
  • les hôtels meublés dangereux,
  • les habitats précaires.
  •  
    schéma habitat insalubre

     Différents acteurs interviennent dans la lutte contre l’habitat indigne.

    1. La décence

     La décence est une notion plus large que l’habitat indigne. Il s’agit d’une notion de droit privé qui s’applique dans les rapports locatifs, pour les logements mis en location. Le dispositif a été précisé par la loi n°2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement. Les critères de décence sont précisés par le décrêt n° 2002-120 du 30 janvier 2002.

    La décence du logement concerne les parties privatives du logement qui entrent dans le champ du contrat de bail. Il appartient au locataire de demander à son propriétaire la remise en état de décence de son logement. Il est précisé que la contestation de la décence ne porte pas atteinte au bail, et le loyer, comme les autres conditions locatives, doit être honoré. En cas de refus du propriétaire ou de contestation, seul le juge d'instance est compétent pour prescrire au bailleur les travaux nécessaires pour que le logement soit décent et, le cas échéant, réduire le montant du loyer, le suspendre et suspendre le bail.

     

    2. L’habitat insalubre

    Les procédures visant à gérer les cas de manquements aux règles de salubrité relèvent des pouvoirs de police du Maire et du Préfet.

                  a) Les pouvoirs de police du Maire

        Les questions de santé et de salubrité publiques entrent dans les
        compétences du Maire, à la fois au titre :

                  - de ses pouvoirs généraux en matière de police conférés par les articles L.2212-1
                    et L.2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales ;
                  - de l’article 167 du Règlement Sanitaire Départemental ;
                  - de l’article L.1421-4 du Code de la Santé Publique.

        Un administré peut signaler au Maire de sa commune des problèmes
        d’hygiène, de salubrité et de sécurité qu’il rencontre dans son logement.
        Afin de constater la nature des faits avancés par le plaignant, le Maire
        procède à la visite du logement. Selon les constats réalisés, le Maire
        prescrit de mesures visant à faire respecter les règles d’hygiène, la
        salubrité et la sécurité publiques notamment au regard du titre II du
        Règlement Sanitaire Départemental. S’il existe un risque pour la santé
        des occupants, le dossier sera transmis par le Maire à la DDASS pour
        instruction au regard des dispositions du Code la santé publique.

        Le Règlement Sanitaire Départemental des Yvelines est disponible
        à l’adresse suivante : Règlement Sanitaire Départemental

     

        Pour l’instruction des plaintes de leurs administrés, le Pôle Départemental
        de Lutte contre l’Habitat Indigne a diffusé, par lettre du 4 février 2009, un
        guide Habitat à l’usage des maires, aux Maires du département.

        Le guide Habitat à l’usage des Maires est disponible sur le site internet de la
        Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d’Ile de France:

        Afin de faciliter l’utilisation du guide précité, une annexe a été créée et
        présente la correspondance des principaux désordres sanitaires rencontrés
        avec les articles du Règlement Sanitaire Départemental des Yvelines et
        renvoyant vers les numéros des fiches thématiques du guide.

                  b) Les pouvoirs de police du Préfet  

    • L’habitat insalubre

    La direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS), en tant que représentante du Préfet, intervient dans la lutte contre l’habitat insalubre. Lorsqu’il existe un risque pour la santé des occupants ou du voisinage, le Maire peut saisir la DDASS pour mener une enquête d’insalubrité et établir un rapport motivé relatif à l’insalubrité suspectée.

    Sur les 262 communes des Yvelines, 8 possèdent un Service Communal d’Hygiène et de Santé (SCHS), qui dispose des mêmes compétences préfectorales que le service Santé-Environnement de la DDASS pour l’exercice des missions relatives à la lutte contre l’insalubrité :

                           -  Le Chesnay,
                           -  Houilles,
                           - Mantes-la-Jolie,
                           - Les Mureaux,
                           - Poissy,
                           - Saint Germain en Laye,
                           - Sartrouville,
                           - Versailles.
       
    •   Liens vers des sites relatifs à l’habitat insalubre :

                                  - Pôle National de Lutte contre l’Habitat Indigne :

                        http://www.habitatindigne.logement.gouv.fr/ 

                                  - Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d’Ile de France :

                        http://ile-de-france.sante.gouv.fr/  « Rubrique Santé publique »

                                  - Ministère en charge de la Santé :

                   http://www.sante-sports.gouv.fr 
     
    La lutte contre le saturnisme infantile :

    Le saturnisme infantile est l'intoxication des jeunes enfants par le plomb. On parle de saturnisme lorsque la plombémie de l'enfant est supérieure à 100 micro gramme / litre de sang.

    Les principales sources d'intoxication sont les peintures contenant du plomb (céruse), interdites en 1948 et retrouvées dans les habitats antérieurs à 1949.

    Les acteurs engagés dans la lutte contre le saturnisme infantile sont : la DDASS, la DDEA, l'Anah et Préfecture.

    De la même manière que pour la lutte contre l'insalubrité, les services communaux d'hygiène et de santé (SCHS) disposent des mêmes compétences préfectorales que le service Santé-Environnement de la DDASS pour la lutte contre le saturnisme infantile.

    Au sein de la DDASS, interviennent :

                       - le service Santé-Environnement qui réalise l'enquête environnementale,
                         les diagnostics plomb et assure le suivi des Constats de risque d'exposition
                         au plomb (CREP).

                       - le médecin inspecteur de santé publique, chargé de la veille sanitaire, de la
                         gestion de crise et d'alerte à la DDASS. Il est l'interlocuteur du médecin déclarant
                         le cas de saturnisme et permet le suivi des aspects médicaux du dossier
                         (plombémies des enfants intoxiqués, ...). Il collabore également avec le service
                         Santé-Environnement pour la recherche des sources de plomb incriminées et pour
                         le suivi des procédures engagées.


    • Liens vers des sites relatifs à la lutte contre le saturnisme infantile :

                     - Ministère en charge de la Santé :

                  http://www.sante-sports.gouv.fr/dossiers/sante/saturnisme
                  /saturnisme-sommaire.html
                - Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d'ile de France

                       http://ile-de-france.sante.gouv.fr/ « Rubrique Santé publique »

     

    Cliquez ici pour retourner en haut de la page